collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale

Atelier Contrast du 22 octobre 2014 : un compte-rendu

Le collectif Contrast entame cette année la tâche de recueil des données empiriques concernant la régulation des dimensions contraignantes des pratiques de soin. Lors de l’atelier du 22 octobre, Lucie Lechevalier-Hurard, Caroline Protais et Sébastien Saetta ont amorcé ce travail en présentant un bilan d’étape de leur recherche bibliographique dans la littérature professionnelle et scientifique. Ils ont identifié plusieurs corpus d’articles traitant des pratiques de soin étudiées dans le programme Contrast (écoute, gestion des soins d’hygiène, prise des médicaments, recours à la contention, gestion des déplacements, alimentation, gestion des ressources et affaires personnelles) dans ses différents pôles qui font varier contextes (unités d’hospitalisation, soins ambulatoires…) et règlementation institutionnelle (sanitaire, médico-sociale et sociale).

D’ores et déjà, les trois chercheurs ont pu apporter de premiers résultats appuyés sur une réflexion méthodologique. D’un point de vue quantitatif, la recherche systématique sur les différentes pratiques de soin ciblées fait apparaître leur représentation très variable dans la littérature selon que l’on s’intéresse au champ de la psychiatrie adulte, à celui de la pédopsychiatrie ou à celui de la gérontologie par exemple. La même variabilité s’observe quant à la façon dont les dimensions contraignantes sont saisies et abordées par les auteurs. De façon transversale, par contre, les littératures juridiques et éthiques apparaissent peu dans le corpus. Ils feront l’objet d’un recueil complémentaire.

Dans un second temps, l’analyse de ces corpus permettra de dégager si et comment les professionnels abordent les dimensions contraignantes liées aux pratiques de soin dans cette littérature. Elle déterminera également dans quelle mesure la visée régulatrice y est présente, toujours dans une perspective comparative. Le débat pluridisciplinaire qui a suivi la présentation a permis de préciser les éléments de la problématique Contrast concernant la délimitation des pratiques de soin, l’identification de types de régulation et la définition par différents acteurs des dimensions contraignantes des pratiques.
L’atelier de préparation du travail empirique s’est poursuivi l’après-midi. Ont ainsi été discutés l’élaboration des outils de recueil sur le terrain et de mise en forme des pratiques de soin et de leurs régulations, les principes de recueil des corpus d’écrits de régulation et la démarche éthique du programme de recherche.

Publicités

Les commentaires sont fermés.