collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale

« Journées Nationales des UHSA » les jeudi 10 et vendredi 11 décembre au Centre Hospitalier Gérard Marchant (Toulouse)

Les secondes journées nationales des UHSA ont eu lieu les 10 et 11 décembre dernier au Centre Hospitalier de Gérard Marchant à Toulouse. Les UHSA (Unités Hospitalières Spécialement Aménagées) sont des unités de soins implantées en milieu hospitalier et accueillent des détenuEs présentant des pathologies psychiatriques. Elles ont été instaurées par l’article 48 de la Loi n° 2002-1138 du 9 septembre 2002 d’orientation et de programmation pour la justice (dite Loi Perben I). Sept UHSA sont aujourd’hui en fonctionnement (dans l’ordre d’ouverture : Lyon-Bron, Toulouse, Nancy-Laxou, Villejuif, Fleury-Les-Aubray, Rennes, Lille-Seclin) et dix autres devraient bientôt voir le jour.

Au cours de ces deux jours, étaient réunis divers acteurs impliqués dans le fonctionnement et le développement de ces nouvelles unités (professionnelLEs travaillant au sein des UHSA, psychiatres responsables de pôles ou d’unités, membres de la Direction Générale de l’Offre de soins et de la Direction de l’Administration Pénitentiaire, chercheurs et chercheuses, contrôleuse extérieure au sein du Contrôleur Général des Lieux de Privation et de Liberté). Ces deux journées ont été constituées d’interventions variées et d’ateliers organisés autour de diverses thématiques (organisation des soins et des unités, médiations, prise en charge du risque suicidaire, appréciation de la dangerosité et conséquences, difficultés spécifiques liées à la pratique du soin en UHSA, parcours du patient).

Trois membres du collectif Contrast sont intervenuEs le vendredi lors d’une intervention à plusieurs voix intitulée « Regards sociologiques sur les UHSA » : Camille Lancelevée (« Les UHSA : rupture ou continuité ? »), Sébastien Saetta (« ‘Mais pourquoi tant de règles ?’ : une prolifération au service d’intérêts professionnels ») et Caroline Protais (« Jouer avec les règles : le travail de contrôle des drogues et des médicaments détournés de leur usage en UHSA »). Les interventions ont suscité l’intérêt du public, et ont donné lieu à des discussions sur le principe d’irresponsabilité pénale, sur le phénomène de désinstitutionnalisation et la notion de vases communicants, sur la notion de « lutte pour les territoires professionnels » ainsi que sur le phénomène de juridicisation (avec des discussions autour de la Circulaire de 2011 relative à l’ouverture et au fonctionnement des unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA) et du Guide méthodologique sur la prise en charge sanitaire des personnes placés sous main de justice).

Un compte rendu plus détaillé est à venir.

Publicités

Les commentaires sont fermés.