collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale

A l’occasion du Comité national autisme, la diversité des pratiques en question

A l’occasion du Comité national autisme, réuni le 21 avril 2016 pour le suivi du troisième plan autisme (2013-2017) et du discours prononcé par la secrétaire d’Etat Ségolène Neuville, a été diffusée une lettre ouverte du RAAHP qui s’étonne de ne pas être être convié et souligne la nécessité de conserver une pluralité des méthodes de soin et d’accompagnement de l’autisme. L’année dernière à la même période, une lettre similaire appelait à « une approche plurielle des autismes ».

Il s’agit d’un épisode de plus dans les intenses controverses qui ont entouré les méthodes de prise en charge de l’autisme ces dernières années en France (voir notamment les travaux de Brigitte Chamak).

Le Rassemblement pour une Approche des Autistes Humaniste et Pluraliste (RAAHP) est un regroupement d’associations créé en septembre 2014 afin de faire entendre par les pouvoirs publics des points de vue divergents de ceux défendus par les associations de parents. Ces dernières – l’association Vaincre l’Autisme en première ligne – ont fait un important travail de lobbying en faveur des méthodes comportementales types ABA (Applied Behavior Analysis), qui s’est traduit par la création d’un réseau d’écoles, les futuroschool, mais aussi par la mise en cause des autres méthodes, en particulier celles fondées sur l’approche psychanalytique et la psychothérapie institutionnelle ainsi que le packing. Ces mises en cause ont été reprises dans une recommandation conjointe HAS/ANESM, et se traduiront peut-être dans une circulaire à venir, si l’on en croit Ségolène Neuville.
Parce qu’elles se portent sur l’encadrement des méthodes de prise en charge par les pouvoirs publics, appuyé sur une validation scientifique qu’elles ont contribué à développer, ces controverses reflètent très directement les recompositions étudiées par le Collectif Contrast.
Publicités

Les commentaires sont fermés.