collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale

Quelques nouvelles du programme expérimental Capdroits !

Trois séminaires accueilleront dans la semaine prochaine des groupes Capdroits pour des interventions autour des difficultés d’exercice des droits dans le domaine du handiap et de la santé mentale :

Par ailleurs, nous organisons (en partenariat avec le centre de droit de la famille de  l’université Lyon 3) un séminaire de travail avec Catalina Devandas, rapporteure de l’ONU sur les questions de handicap le 9 juin prochain à Lyon, au cours duquel les groupes capdroits lyonnais interviendront.

C’est l’occasion de donner quelques nouvelles du programme Capdroits :

Entre janvier et avril 2017, sept groupes locaux Capdroits, composés de personnes en situation de handicap et de vulnérabilité, se sont réunis dans le cadre de deux ateliers préparatoires pour engager une réflexion collective sur l’exercice des droits, les contraintes et les besoins d’accompagnement. Les groupes ont une composition et une géographie diverse et travaillent chacun sur une thématique propre.

A Lyon, un groupe de personnes vivant avec des troubles psychiques, en partenariat avec l’association le MAS, et un groupe composé des personnes touchées par des troubles cognitifs qui sont accompagnées par les services de l’ADAPT Rhône, ont été les premiers à participer à des ateliers Capdroits.

A Lille, trois groupes différents auront leur première réunion en avril. Un groupe d’usagers en santé mentale est organisé en partenariat avec la Fédération de recherche en psychiatrie et santé mentale des Hauts-de-France et l’association Nord Mentalités. Un groupe de personnes vivant avec un handicap mental, mis en place en partenariat avec la DRJSCS des Hauts-de-France, l’ESAT de Montigny-en-Gohelle et le Centre d’éthique médical de l’Université catholique de Lille, travaillera sur la question de logement et de choix du lieu de vie. Les travaux du troisième groupe, réuni en partenariat avec le Centre d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité des Hauts-de-France, l’Association des paralysés de France et l’association Nous aussi, porteront sur la communication des personnes en situation de handicap.

A Marseille, un groupe de personnes en situation d’exclusion sociale, marquées notamment par des troubles psychiques, se réunira également en avril, accompagné par le collectif Eutopia. La question de parcours carcéral sera aussi abordée en ce groupe.

A Bordeaux, un groupe de personnes ayant un polyhandicap est organisé en partenariat avec la MAS Les Jonquilles de Biré et l’Association des paralysés de France.

A Paris, un groupe de personnes touchées par des troubles psychiques est mis en place en partenariat avec l’EPS Ville-Evrard, le programme Un Chez-soi d’Abord et l’association d’usagers Esqui. D’autres groupes, comme celui de personnes affectées par des troubles du sujet âgé et de personnes ayant un parcours carcéral, sont également envisagés.

Les partage d’analyses, d’expériences, d’histoires au sein des groupes locaux Capdroits conduiront à une présentation de positions, individuelles ou collectives, dans différents espaces publics ou forums de discussion, notamment en présence des professionnels et des proches.

Publicités

Les commentaires sont fermés.