collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale


Octobre 2018, l’ouvrage issu des travaux du collectif Contrast est paru

Publié sous la direction de Livia Velpry, Pierre Vidal-Naquet et Benoît Eyraud, et intitulé «Contrainte et consentement en santé mentale – Forcer, influencer, coopérer», l’ouvrage collectif sort aux Editions PUR, collection « Le Sens Social ».  Il rassemble les résultats des enquêtes empiriques menées par les membres du collectif Contrast dans le champ de la santé mentale, contextualisant les dilemmes engendrés autour de la régulation des pratiques de soins.

En téléchargement : table des matières introduction4ème de couvertureauteurs.
Avec ce lien : commander le livre aux Editions PUR.

Publicités


Un chapitre de livre « Contrainte et consentement en santé mentale »

L’ouvrage, intitulé « Santé mentale et souffrance psychique », est publié en 2018 aux Editions CNRS sous la direction de I. Coutant et S. Wang. Livia Velpry et Benoît Eyraud y rédigent un chapitre « Contrainte et consentement en santé mentale », résultat de la recherche menée collectivement entre 2013 et 2016 par le collectif Contrast.


« La dimension idéologique du service public hospitalier »

Olivier Renaudie, membre du Collectif Contrast, vient de faire paraître dans la Revue de Droit Sanitaire et Social (n° 4, juillet-août 2017), un article qui explore « La dimension idéologique du service public hospitalier« .


« Construire le consentement », dans le dernier n° de la RFAS

« Le patient dans le système de santé », tel est le thème du n° d’avril 2017 de la Revue française des affaires socialesLucie Lechevalier Hurard, Pierre Vidal-Naquet, Alice Le Goff, Aude Béliard et Benoît Eyraud ont ainsi publié -dans ce dernier n° de la RFAS- un article intitulé « Construire le consentement. Quand les capacités des personnes âges sont altérées ».

Avec le déploiement et l’approfondissement de la démocratie en santé, la formalisation du consentement des personnes accompagnées est progressivement devenue un impératif avec lequel les professionnels de la dépendance des personnes âgées travaillent quotidiennement. Mais l’obtention du consentement n’est pas un impératif abstrait. Pris dans des enjeux concrets relatifs à la fois au respect des volontés de la personne – volontés parfois difficiles à cerner – et à l’organisation de l’offre de services qui peut lui être proposée, il relève d’un travail de construction, qui se réalise au fil des interactions de la relation d’aide et de soin. C’est à cette construction progressive et continue du consentement dans différents terrains du monde gérontologique qu’est consacré cet article.


Tepsis Paper 15, « La médicalisation des auteurs d’infractions à caractère sexuel »

Ce court article, produit électroniquement dans le cadre des activités scientifiques et de valorisation du Laboratoire d’Excellence TEPSIS auquel est rattaché le Cermes3, s’intitule « La médicalisation des auteurs d’infractions à caractère sexuel – ethnographie d’un établissement et d’une unité de soins spécialisés en France« . Traduit en anglais et en espagnol, il reprend l’essentiel de l’article publié en 2016 par Sébastien Saetta dans la revue Champ Pénal.