collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale

L’immobilisation dans le contexte des soins en santé mentale : pratiques, justifications et formalisations

L’atelier collaboratif

Le Collectif Contrast a organisé un atelier collaboratif (programme), le mercredi 15 juin 2016 à Paris, autour des pratiques d’immobilisation dans le soin.

Vous trouverez ci-dessous les documents discutés et d’autres ressources.

Interroger les pratiques d’immobilisation dans le soin

Contention par des sangles dans des services d’hospitalisation en psychiatrie, contention « passive » dans des services accueillant des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, enveloppement sec pour des adolescents atteints de troubles psychiques, « packing » avec des enfants atteints de troubles autistiques ou des adultes ayant des troubles psychotiques, immobilisations manuelles lors d’épisodes d’agitation...

L’immobilisation est pratiquée dans le domaine de la santé mentale dans des situations et selon des modalités multiples. La place et le statut de ces pratiques dans le soin suscitent débats et controverses, au niveau national et international. Tandis que certains dénoncent le caractère nécessairement maltraitant et violent de ces pratiques, d’autres défendent de possibles usages thérapeutiques ou l’impossibilité pratique de les éviter ; ils cherchent alors à en définir et à en formaliser les usages légitimes, produisant parfois de nouvelles normes.

Nous nous intéressons ici à l’activité de formalisation et à la réflexivité que les acteurs mettent en œuvre sur ces pratiques, qu’ils soient professionnels, usagers ou acteurs de la société civile.

Ressources

Equipe d’organisation : Sébastien Saetta, Livia Velpry, Benoît Eyraud, Delphine Moreau