collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale


1 commentaire

« Stigmatisation et déstigmatisation : retours sur des expériences collectives et réflexives » : billet sur la séance n°3 du séminaire Ehess-Ehesp-Collectif Contrast

La 3e séance – « Advocacy, accès aux droits et citoyenneté en santé mentale » – a permis de discuter de l’advocacy, et plus globalement de l’accès aux droits et de la citoyenneté en santé mentale.

Des expériences de recherche participative et de groupes d’usagers experts menées par les collectifs Advocacy France et le Réseau français sur l’Entente de voix ont témoigné de l’élaboration par les personnes concernées de questionnements et de méthodologies scientifiques, ainsi que de conceptions alternatives au diagnostic médical. Par des expériences de démocratie directe, de requalification sociale des acteurs, de valorisation des savoirs expérientiels, ces travaux dessinent des voies encore peu explorées en France d’accompagnement et de recherche par et pour les personnes en s’écartant des approches déficitaires. Lire la suite


1 commentaire

« Accompagner à la défense des droits en santé mentale ? » : billet sur la séance n°2 du séminaire Ehess-Ehesp-Collectif Contrast

Cette seconde séance du séminaire « HANDICAP, EXERCICE DES DROITS ET PARTICIPATION : ENTRE CONTRAINTES ET ACCOMPAGNEMENT » a permis de discuter des enjeux de l’accompagnement à la défense des droits à travers le problème plus spécifique de « l’accès à la justice et aux tribunaux », ce problème ouvrant cependant sur celui plus général de l’appropriation du « système juridique » par les justiciables, et notamment ceux qui sont en situation de spécifique vulnérabilité.

Anne SARIS (Professeure au Département des sciences juridiques, faculté de science politique et de droit, Université du Québec à Montréal) a présenté « L’accompagnement juridique des personnes en situation de vulnérabilité en Amérique du Nord et ses défis à partir de l’expérience de la Clinique juridique itinérante ». Isabelle BILLARD (Avocat à la cour d’appel de Paris), s’est interrogée sur « Soins sans consentements, mise sous protection, comment accompagner la défense des droits ? ».

Lire la suite


Deuxième séance du séminaire Handicap à Paris Descartes, jeudi 24 novembre 2016

Cette seconde séance du séminaire conjoint Mssh / Contrast « Handicap, exercice des droits et participation : entre contraintes et accompagnement«  se tiendra le jeudi 24 novembre prochain (attention changement de lieu) à l’université Paris Descartes – Centre Universitaire des Saints-Pères, 45 rue des Saints-Pères – Paris 75006 – salle Leduc, bâtiment principal (rez-de-chaussée à droite), de 13h30 à 16h30.

Cette seconde séance, intitulée « Accompagnement à la défense des droits : expériences française et québecoise » permettra de discuter à partir des interventions de Anne Saris (professeur de droit à l’UQAM ), et Isabelle Billard (avocate au barreau de Paris).

Vous trouverez un compte-rendu sous forme de billet du premier séminaire sur le site.


Je rêve qu’on me rétablisse ma capacité civile…

« Je rêve qu’on me rétablisse ma pleine capacité civile »… Ce ne sont pas les mots de militants promouvant la convention de l’ONU sur les droits des personnes handicapées, ni ceux d’un livre de sciences sociales ou d’un essai journalistique… Ces mots sont ceux de Katia, héroïne d’un film russe au titre révolutionnaire « Manuel de libération ». Des mots qui viennent dire la lutte de résidents d’une institution neuro-psychiatrique dans la Russie contemporaine, comme ceux de millions de citoyens, de par le monde, dont l’exercice des droits sont restreints.

Dans Manuel de Libération, la lutte est d’abord et surtout une expérience de survie, avec les compagnes et compagnons d’infortune. Elle est aussi sans doute politique : interroger le pouvoir des proches, des experts, des juges.

Suivre Katia dans sa demande de rétablissement de sa capacité civile, c’est l’écouter revendiquer un pouvoir sur ses fréquentations, son alimentation, son travail, ses choix musicaux, ses vêtements. C’est l’écouter prendre l’avis de ses proches, de professionnels qui l’accompagnent. C’est l’écouter demander la possibilité de choisir son lieu de vie.

Suivre Katia nous emmène dans des salles d’audience du fond de la Sibérie, qui ressemblent à celles d’une salle d’audience improvisée dans un hôpital psychiatrique de Paris ou New York. Il n’y a pas de drapeau , mais une photo du président et du premier ministre ;  les juges y portent une robe noire, les assesseurs restent silencieux. Lire la suite


Un rapport critique de la Cour des Comptes sur la protection juridique des majeurs protégés

Dix ans après l’entrée en vigueur de la loi, le constat est sans appel : La protection juridique des majeurs : une réforme ambitieuse, une mise en oeuvre défaillante. Ce rapport se découpe en trois parties (1. réforme ambitieuse – 2. mise en oeuvre défaillante – 3. un pilotage et un contrôle à structurer) et vient d’être publié en septembre 2016, libre d’accès.