collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale


Isolement et contention, une note juridique

Annoncée par la Fédération Régionale de Recherche en Santé Mentale Nord Pas de Calais (F2RSM), une note juridique concernant l’isolement et la contention (rédigée par Valériane Dujardin, EPSM Lille-métropole) présente le cadre légal et réglementaire français sur ces pratiques, en intégrant des références au droit supranational. Réunissant des textes de nature très diverses, cette note résonne fortement avec la démarche du collectif Contrast d’analyse des régulations concernant les pratiques de soin ayant des dimensions contraignantes.

L’isolement et la contention sont un choix particulièrement pertinent. La régulation de ces pratiques est floue et hétérogène, et la nécessité, ou non, de la renforcer, a fait l’objet récemment d’une controverse. Les prises de position sur cette proposition d’amendement parues dans Libération en septembre dernier sont reprises par exemple sur le site d’Eric Péchillon. Comme le précise la présentation de la note, il s’agit donc d’une synthèse qui a vocation à être réactualisée très rapidement, dès parution de l’article de loi concernant la contention.

Publicités


Contraindre pour soigner ? Les tensions normatives et institutionnelles de l’intervention psychiatrique après l’asile

Delphine Moreau soutient sa thèse de doctorat en sociologie intitulée « Contraindre pour soigner ? Les tensions normatives et institutionnelles de l’intervention psychiatrique après l’asile » (sous la direction de Nicolas Dodier), le mercredi 2 décembre 2015 à partir de 13h30, 105 bd Raspail (salle 13).

Résumé : Cette recherche explore la persistance de la contrainte au sein d’une psychiatrie qui a aujourd’hui profondément évolué : soins majoritairement libres et extra-hospitaliers, réduction forte des durées de séjour. Elle l’étudie à travers deux dimensions : les pratiques coercitives elles-mêmes, resituées dans l’ensemble des interventions des professionnels, et les dispositifs institutionnels, légaux, architecturaux, spatiaux, qui cristallisent un certain arbitrage entre les tensions normatives entre soin, sécurité et liberté. L’exercice de la contrainte n’a cessé d’être au cœur des accusations portées contre la psychiatrie, parfois par les professionnels eux-mêmes : accusation d’arbitraire, d’abus, de violence. Il est parallèlement défendu au nom de la protection des personnes elles-mêmes. L’enquête suit les variations critiques auxquelles les différentes pratiques sont inégalement exposées et les formes de régulations dont celles-ci font l’objet.
Lire la suite