collectif CONTRAST

consentement capacité contrainte santé mentale


« (Se) soigner sous la contrainte : regards comparatifs sur les soins pénalement ordonnés (France, Canada, Suisse, Belgique) » 19 et 20 juin 2017

Cet événement, organisé à la Faculté de droit et des sciences politiques de Nantes, se déroule le 19 et 20 juin prochain.

L’argumentaire précise : « Si deux lois de 1953 et 1954 ont textuellement introduit les premiers soins pénalement ordonnés à l’encontre des toxicomanes puis des alcooliques dangereux pour autrui, ceux-ci sont en pratique apparus après la consécration du sursis avec mise à l’épreuve et de l’obligation de soin au terme de la décennie. Le législateur ajouta l’injonction thérapeutique en 1970, alors réservée aux toxicomanes, puis l’injonction de soin en 1998, initialement destinée aux seuls délinquants sexuels. Depuis lors, les réformes se sont succédé à échéances régulières pour étendre le champ d’application de ces prises en charge psychiatriques et psychologiques en milieu ouvert. Ce colloque international et interdisciplinaire vise à dresser un état des lieux et des savoirs au sujet des principaux enjeux soulevés par ces mesures de sûreté« .

Retrouvez le programme complet : (Se) soigner sous la contrainte : regards comparatifs sur les soins pénalement ordonnés.

Publicités


Tepsis Paper 15, « La médicalisation des auteurs d’infractions à caractère sexuel »

Ce court article, produit électroniquement dans le cadre des activités scientifiques et de valorisation du Laboratoire d’Excellence TEPSIS auquel est rattaché le Cermes3, s’intitule « La médicalisation des auteurs d’infractions à caractère sexuel – ethnographie d’un établissement et d’une unité de soins spécialisés en France« . Traduit en anglais et en espagnol, il reprend l’essentiel de l’article publié en 2016 par Sébastien Saetta dans la revue Champ Pénal.


« Quand la prison prend soin », Camille Lancelevée docteure en sociologie

Camille Lancelevée, rattachée au laboratoire IRIS et membre du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société, a soutenu sa thèse de sociologie, le 25 octobre dernier, à l’EHESS : Quand la prison prend soin. Enquête sur les pratiques professionnelles de santé mentale en milieu carcéral en France et en Allemagne (sous la direction conjointe de Marc Bessin et Michel Bozon). Elle a reçu les félicitations unanimes de son jury, auquel a participé Livia Velpry.

Résumé : Si l’Allemagne dispose depuis les années 1930 d’hôpitaux psycho-légaux (Maßregelvollzug) pour les auteurs d’infractions présentant des troubles mentaux, les prisons françaises se dotent, à partir des années 1970, de services psychiatriques destinés aux personnes détenues. Dans un contexte de pénalisation des malades mentaux et de pathologisation de certains crimes, l’entrée de professionnel·le·s en santé mentale dans les établissements pénitentiaires pose la question de l’hybridation du soin et de la peine dans un objectif de défense sociale. Cette thèse interroge cette hybridation dans une perspective comparative franco-allemande : en revenant sur les liens historiques tissés entre psychiatrie et système pénal dans les deux pays, l’analyse montre comment les héritages institutionnels éclairent le rôle des professionnel·le·s en santé mentale dans la division du travail de prise en charge des personnes placées sous main de justice. Lire la suite


1 commentaire

Sexualités et institutions pénales

La revue électronique en accès libre Champ Pénal vient de mettre en ligne un dossier thématique sur Sexualités et Institutions Pénales (vol. XIII, 2016).  La contribution de Sébastien Saetta s’intitule « Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner – Ethnographie d’un établissement pénitentiaire et d’un service de soins spécialisés ».


Autour du monde carcéral : journée-rencontre entre doctorants, chercheurs et professionnels

Dans le cadre des événements Job Market Tepsis, cette journée-rencontre, présidée par Marc Bessin (IRIS/EHESS), se déroulera le 24 mai 2016 à l’EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris (9h-14h30, Salle du Conseil A & B (R-1)).

Bernard Bolze, fondateur de l’Observatoire International des Prisons (OIP), co-fondateur de Prison Insider, ancien membre du Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL), en sera l’invité d’honneur. Camille Lancelevée présentera sa recherche intitulée « Une prison hospitalière ? Présences psy en milieu carcéral ». L’inscription à la journée est obligatoire.